10 conseils pour réussir ton bac


Eh oui, vous croyiez pouvoir échapper à un article sur le bac, eh bien non. C’est une grande épreuve, pour nous, les petits adolescents alors il faut que je vous en parle. On stress tous plus ou moins à une semaine du bac (J’AI BIEN DIT UNE SEMAINE OUI). Tous les remèdes sont donc bons pour se trouver une intelligence rapidement. Alors voilà, les 10 conseils (plus ou moins pertinents) pour réussir ton bac.

#1 Ouvre ton livre de philo

« Un livre de philo, KEZAKO? » Si tu en es arrivé à ce stade, à ne même pas savoir que tu possédais un bouquin de philosophie, ce n’est pas encore perdu. Ouvre ton placard, et sors ce vieux manuscrit poussiéreux dont tu ignorais l’existence. Tu peux en parcourir les chapitres maintenant. Ou sinon tu peux ne pas le faire. (Comment ça je dis tout et son contraire? C’est moi qui décide!!) Si tu n’as pas assez de courage, tu peux toujours espérer une illumination lorsque tu seras assis devant ta copie durant 4 heures.

#2  Adopte un mode de vie sain

BLA BLA BLA, on entend cela de tous les côtés donc je relaie l’information, en tant que valeureux mouton. Mangez sainement. Fini les hamburgers plein de graisses place au RAVITOTO (plat malgache à base de feuilles de manioc). Voilà voilà, malgachisez-vous un peu et c’est une mention très bien assurée.

#3 Fini la procrastination

Tu ne peux plus remettre les choses à demain, puisque demain, c’est le bac. Eh oui, tu viens de découvrir que cet article ne sert à rien et que je n’ai absolument aucun remède pour ta détresse face au bac qui se rapproche un peu trop vite. Si tu es arrivé ici en pensant que cet article t’apporterai une solution pour réduire ta charge de travail c’est qu’il faut que tu te remettes au boulot mon vieux!

#4 Ne t’embête pas à mettre à jour ton blog

Voilà, j’arrête à 4 conseils en fait parce que oui, moi aussi, j’ai mon bac à préparer. Si vous êtes déchirés entre la déception et la frustration vous pouvez toujours aller vous empiffrer et noyer votre chagrin dans une bonne bouteille de Jack. Je suis, sincèrement, dizoulée.

Les jours de pluie


Ce que j’aime les jours de pluie. Ce que j’aime me balader sous la pluie. Hier encore, je me glissais entre les goutes n’écoutant que leur paisible clapotis sur les pavés. Cette vague de fraicheur qui envahit la ville après une journée bien trop chaude, une journée bien trop pénible pour la plupart. Cette vapeur qui s’échappe du bitume et dont l’odeur qui en émane est si particulière, procure tant de plaisir. Tu sens l’eau qui ruissèle sur tes bras. L’eau t’effleure le cou pour descendre vers tes reins. L’eau te nargue.

Ce que j’aime les jours de pluie. Ce sont les seuls jours où tes larmes peuvent s’écraser sur tes joues rondes et lisses, sans avoir peur d’y rencontrer un mouchoir qui essuiera vite tout cela. Le seul jour où tu peux t’abandonner juste une seconde. Les jours de pluie, doux reflet de la tristesse. Certains passants te souriront sans savoir que ton coeur est à sang et sans même remarquer que tes joues sont mouillées malgrè le parapluie que l’on s’efforce à maintenir pointé vers le ciel.

Moi, je crois encore aux jours de pluie qui apportent le bonheur. La pluie, comme dernier traitement face à cette misère qui ne désemplit pas. La pluie, pour laver nos esprits de toute cette peine. La pluie, pour noyer nos pensées noires. La pluie, pour unifier, telle une goutte tombant sur des gribouillis d’un cahier d’un gamin faits à l’encre.

La pluie, pour nous sauver…

Ces adolescents (Episode II)


Chers vous qui me lisez, rappelez vous de cet article: Ces adolescents (Episode I). A tout premier épisode suit un second. Ayant déjà longuement discuté le cas des jeunes filles en fleur nous pouvons maintenant nous intéresser aux petites caillera. (Et pour bien stigmatiser je dirai aux Renoi de banlieue)

Comment les reconnaître? 

On les croise toujours dans le RER ou à Châtelet vers 19h. Les gars ont des requins (chaussures Nike énormes et extrêmement moches),un pull à capuche et un jean baggy (pour que si vous voulez les enculer, pas besoin de baisser leur pantalon c’est déjà fait). J’oubliais…Ils ont aussi un sac en bandoulière Louis Vuitton, parce que quand même, faut pas déconner, ce sont pas n’importe qui. Les filles, quant à elles, ont ce magnifique ensemble de sport Adidas et un chewing-gum dans la bouche qu’elles ne cessent de ruminer.

Si d’après ces descriptions vous pensez n’en avoir jamais rencontré c’est que je me suis mal exprimée. Vous savez ce sont ces gens qui crient (comme ils crient j’inclurai pas les fautes d’orthographe): « Oh putain tu l’as pas niquée alors?? Vas-y tu gères pas le taf gros, elle était trop soin, toi t’es un boloss! » Que comprendre? Je ne sais pas. Ou plutôt, il ne vaut mieux pas que vous le sachiez, ça pourrait pervertir vos âmes d’enfant. Ce sont aussi ceux qui, dans le métro, mettent leur musique à texte (DE MERDE) à fond pour être sûr de bien vous souler au max. Tu te retrouves donc pour 40 min de trajet avec comme seul fond sonore « Ma belle ouvre la bouche appelle moi dentifrice. Ecarte les cuisses, goute ma chips ». C’EST KAN KE SA SARRETEEEEEEEE?

Si votre enfant fait parti de ces êtres dénués de vocabulaire(et par conséquent de cervelle) il ne vous reste plus beaucoup à espérer de la vie. Si ce n’est qu’un léger incident survienne et qu’il disparaisse malencontreusement (A tout jamais MOUHAHAHA).

La recette pour en faire de bons agneaux (morts)

15 minutes de Jean Sebastien Bach

1 verre d’eau

Un beau bescherelle de 300g

Des écouteurs

Une ceinture

Des bretelles

Attrape ton enfant délinquant. Persévère pendant une heure pour réussir à le faire assoir sur la chaise. Verser de l’eau dans sa bouche. La bête devrait s’attendrir car la bête ne boit que du Jack Daniels habituellement. Ajouter à son pantalon une ceinture, serrée au maximum.Pour parfaire la recette ajouter au pantalon des bretelles. La bête devrait convulser. Mettre des écouteurs avec du Jean Sébastien Bach dans ces oreilles. Lui montrer un bescherelle de 300g. Laisser reposer la bête environ une heure. Exécutez. (Pour être sûr de ne pas rater la recette vous pouvez aussi remplacer la chaise de chez Ikea par une chaise électrique)

10 choses que tu dois arrêter sur Facebook


Après avoir lu l’article de Mademoiselle m0utarde (10 conseils que j’aurais voulu qu’on me donne sur Twitter) je me suis dis et si je me lançais?

Alors voici, pour vous, en exclusivité mondiale, les 10 choses que si vous le faîtes sur Facebook je vous supprime et je vous cause plus. (Et que si que vous parlez bien français c’est mieux.)


Etaler tes états d’âme

Parce que oui, on en a marre des statuts du type « Ri1 nva plu pt1 :/ Jvé tou laché ». Tout ça pour que 5 minutes un autre statut soit rebalancé « Merciii les ami grace a vou ma vi é mieu et jé le moral! Jvs kiff ». Arrêtez le massacre. De un, on s’en fiche si vous allez bien ou mal. Y’a des psychologues pour ça. (N’oublions pas que Facebook est un réseau social). Et de deux, apprenez à écrire, au moins. On vous demande pas grand chose, juste un petit effort grammatical.

Avoir un album « Moi » avec 800 photos

Oui parce qu’en fait non. Bon à la limite t’es un peu schizophrène alors on ne comptera que 400 photos mais quand même on vous voit déjà assez. Les pires dans le genre sont les filles qui ont 40 commentaires où c’est écrit « T’es trop belle ma puce! » « Oh non c’est pas vrai, c’est toi la plus belle ». Vous disputez pas les filles, vous êtes toutes les deux moches. Bref, une photo de vous, ou deux et puis basta.

Publier des chaînes

On a tous déjà eu un ami un peu fêlé qui pense que c’est avec son statut qu’il va sauver le monde. « Toi aussi colles ce messages dans ton statut pour qu’une maison soit construite en Afrique et qu’en plus de la nourriture soit distribuée pour tous. Seulement 5% des personnes oseront le faire. Moi je le fais parce que je me préoccupe des autres ». Et le type qui rajoute « Oh super, 5 likes, c’est 5 maisons construites de plus ». Y’a quelqu’un pour lui expliquer comment ça marche IRL?

Les statuts qui resteront un mystère à jamais

« Ah bah, ça alors heureusement que j’avais l’aspirateur hein euh voilà parce que le ménage hein c’est pas automatique hihihi ». Postés par le genre de personne qui veulent à tout prix dire quelque chose mais qui savent pas trop comment s’y prendre. Et qui pour déculpabiliser de foutre un statut aussi nul rajoute un petit « hihihi » à la fin. Genre « Eh les mecs, ce statut je sais qu’il est pourri, j’fais juste genre d’être nul vous inquiétez pas. »

Lancer des sondages à deux balles
« Pour ou contre la sodomie assise? ». A cette question demeurera un unique commentaire faisant office de réponse « Euh mais t’es bête c’est pas possible looooooool »

Nous inonder avec tes relations amoureuses

On ne veut plus voir « Marc est passé d’ « en couple » à « célibataire » puis Marc est en relation libre avec Clotilde, ah non Charlotte en fait. Et un peu Mélanie aussi. » Ta vie sentimentale et sexuelle tu nous l’épargnes.

Nous inviter à jouer à FarmVille et compagnie

Tes jeux tout pourris où faut créer sa ferme c’est nul. Au pire si tu veux, tu vas t’installer à la campagne et les cochons seront bien gardés.

Citer des auteurs que tu ne comprendras jamais

«Aussitôt qu’on nous montre quelque chose d’ancien dans une innovation, nous sommes apaisés» -Nietzsche

Citer du Nietzsche déjà c’est ambitieux et rajouter à côté de la citation « Trop vré » ça l’est encore plus!

Croire que Facebook, c’est #Twitter

Rien ne sert de mettre des « hashtag » (nom donné sur twitter du petit # suivi d’un ou plusieurs mots) puisque ça ne conduit à aucune fonctionnalité. De plus, c’est pas très joli. #Je continues l’article comme #ça# ? #Oupas? Et puis pas la peine de raconter ta vie en live, parce que sur Facebook tout le monde s’en fout.

Tu veux être mon ami? Dis oui, dis oui, dis oui! 

Ces personnes m’étonneront toujours. Elles vous ajoutent en ami (si t’en fais parti tu peux quitter ce blog, bisous) alors qu’elles ne vous connaissent ni d’Eve ni d’Adam. Alors tu peux te retrouver avec Markus Verozkov from Russia (avec une photo de lui bien sexy tout transpirant en train de faire du patin à glace) qui t’ajoute. Mais monsieur je veux pas être votre amie, vous me faîtes peur. Mais il y a aussi ceux que tu connais très vaguement qui t’ajoutent. Ceux que t’as croisé une fois à peine. Mais bien sûr ils ne t’adresseront jamais la parole et s’ils te croisent encore jamais un petit « Bonjour » sortirait de leur bouche.

Se prendre pour le « killer de la zone »

Les types qui montrent leurs gros bras et que dès qu’un mec commente leur photo ils répondent « Put1 vas y casse toi je suis pas pédé. Enculé va, nique ta race salaud. T’as cru on était chez Mamie (notez une légère défaillance au niveau de la répartie)? Viens te battre si t’es un homme sale chien de ta soeur » Je vous ai épargné quelques fautes parce que ça commençait à me picoter les yeux. Ces mecs qui ont un léger surplus de testostérone et qui en font profiter leurs 700 amis. Parmi lesquels 690 filles.

Voili, voilou vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire. Ou à ne pas faire.

Ces adolescents (Episode I)


Oui, oui croyez-en le titre je suis une ado. (Ne partez pas encore). Quand je vous dis « ado » vous pensez sans doute à tout un tas de trucs, boutons, acné, mauvais caractère, cheveux à la Justin Bieber, appareil dentaire, votre gamin désagréable qui s’enferme dans sa chambre pour écouter du hard rock, ou sa soeur qui chante toute la journée les chansons de Katie Perry devant son mirroir et qui vous empêche de passer votre dimanche tranquilou. Ou sinon l’autre version les gens pensent aux cailleras du 9-3 « Si si tavuu bien ou koi on gèr mon reuf on a trop nikéééé le bizness » (S’il vous faut du temps pour décrypter ce code de langage, c’est normal).

Alors voilà quand on est ado on a le droit entre être la jeune fille en fleur ou la grosse sauvage qui jette des pierres sur les voitures de police. Etudions le premier cas.

Comprendre son ado dépressive.

« J’arrive pas à y croire, je suis au bord du suicide. J’étais à son concert et il m’a même pas regardé. Je veux dire, je suis quand même trop canon. Même Brian il l’a dit. J’vais me suicider. En plus y’a personne qui m’écoute, ça va, j’en ai marre ». Si c’est (en gros, hein) ce que vous entendez tous les soirs ce message est pour vous. Pas de panique, pas de panique. Les adolescent (comme tout le monde le sait) sont bourrés d’hormones. C’est un peu le périphérique parisien à l’heure de pointe c’est pourquoi ils peuvent passer du rire aux larmes en moins de 10 secondes chrono. Fascinants ces ados. Alors votre jeune fille en fleur aura tendance à extrapoler les situations dans le genre « Brian et moi ça faisait quand même super longtemps qu’on était ensemble et il me trompe avec cette pétasse! On s’était dit que lui et moi c’était FOREVER pourtant ». (Votre ado qui sortait avec Brian depuis 3 jours)

Ah, il s’en passe des choses dans la vie d’un ado. Et surtout dans sa tête. J’vais parler en ma personne maintenant. Il y a un stade (plus ou moins long selon les personnes). On est dans le tunnel mais on en voit pas le bout. On pense que tout le monde il est méchant et que de toute manière la vie c’est de la merde.

Si vous en avez marre: d’entendre votre gamin se plaindre, que votre fille  mette des talons de 30 centimètres pour acheter du pain, qu’il sèche les cours, qu’il fume de la beuh (Ah n’oublions pas ça aussi, LES JEUNES SE DROGUENT), qu’il dépense tout votre argent pour acheter des Beats (il paraîtrait que ce soit le meilleur casque audio de la terre: foutaises). J’ai la solution au problème.

La recette pour avoir un enfant parfait. 

15 cl d’Acide

1 pincée de sel

Du sirop de menthe

Une chaise

Une corde solide

Une pince

Allez chercher votre enfant à la sortie du lycée. Installez le sur une chaise. Et ajoutez dans son verre un peu de sirop de menthe (pour qu’il ne se doute de rien et pense que vous êtes la plus gentille des mamans). Ficelez bien la viande avec de la corde de manière à ce qu’aucune partie ne se sépare. Ensuite, une fois la viande attendrie versez généreusement l’acide sur la partie supérieure. De manière à ce que la tête soit bien imprégnée. Assaisonnez.