La freebox révolution c’est bien. Mais la fin de la faim dans le monde c’est mieux.


Un peu d'humour quand même.

Le mot humanitaire signifie « qui s’intéresse au bien de l’humanité», qui cherche à améliorer la condition de l’homme et lutte pour le respect de l’être humain.

Quand je dis que je veux faire de l’humanitaire, je perds ma crédibilité. Soit on me dit « et t’espères quoi, changer la face du monde? » soit « Oh laisse tomber, y’a plus rien à faire« . Ces deux phrases montrent que la première chose à changer c’est la mentalité des gens.

C’est vrai que « faire de l’humanitaire », en soit, ça veut pas dire grand chose. C’est quoi, aider les gens, faire semblant d’aider les gens ou s’en mettre plein les fouilles?

Personnellement les grosses ONG me dégoutent (je citerai pas de nom). Elles amassent un fric considérable qu’on voit redistribuer dans des 4×4 flambants neufs (tient ça me rappelle des politiques ça…) Oui, parce que quand même, on va pas les faire rouler en taxi les pauvres humanitaires. Ils sont pas là pour se salir les mains hein!

Moi ce qui me plaît c’est pas la frime et vouloir montrer qu’on aide les autres genre « Bonjour. On voudrait pas trop se vanter mais on vient de distribuer 200 repas aux nécessiteux et franchement on mériterait plus de reconnaissance ». Non, c’est pas ça! C’est être là, près des gens, apporter ce qu’on peut apporter aux autres. Et ne serait-ce qu’un sourire d’enfant, c’est déjà une victoire.

Chacun à sa mesure peut aider l’autre mais on l’oublie bien trop souvent en pensant qu’on ne peut rien changer. Une main tendue vers l’autre, une oreille pour écouter l’autre. Rien que ça. Ça change tout. Tout homme heureux en plus sur terre est une réussite. Un sourire. Un éclat de rire. Un partage.

Je crois que c’est ça l’humanitaire c’est créer l’éclat de rire, créer l’étincelle dans les yeux des gens pour qu’elle ne s’éteigne plus. 

Et puis l’humanitaire c’est pas arriver avec ses gros sabots et déballer son plan d’aide qui vaut des millions, certes, mais qui à mes yeux ne vaut pas un clou. C’est plutôt, avant tout, découvrir la culture, les coutumes, les gens, les traditions pour les respecter. C’est établir avec celui qu’on aide un plan parce que l’aide étrangère apportée sans contribution de celui qui est aidé ne  marchera JAMAIS. Celui qui ne se sent pas concerné par le projet ne luttera pas pour que ce projet fonctionne c’est pourquoi tout le monde doit être impliqué. Mais bon nombre d’ONG (ou de multinationales, je sais pas comment on doit les appeller…) n’ont pas compris ça.
C’est ce qui est vraiment dommage à Madagascar, des sommes colossales sont foutues en l’air pas ces firmes parce que voilà elle balancent leur projet en 30 secondes, tac tac tac, elle repartent. Mais ça suit pas après. Bien dommage….

C’est ce que je pense en tout cas, après j’ai pas la science infuse mais bon pensez-y. Ça peut aider.

Et au fait, j’ai une petite question pour les chers dirigeants de ce pays qu’est Madagascar, avec les prix qui ne cessent d’augmenter, ils font comment les gens?

Publicités